lundi 24 février 2014

Berne - Zentrum Paul Klee




Le dimanche 23 février 2014, j'ai eu l'immense joie de découvrir enfin le fameux Zentrum Paul Klee situé en la belle ville de Berne : sorte de Léviathan bosselé qui semble ouvrir la matrice terrestre qui le contient ; un bâtiment superbe conçu par l'architecte italien, Renzo Piano. 

Des concerts, des conférences, des expositions, etc., s'y déroulent chaque année.

Mais la pierre angulaire de cet édifice majestueux demeure la figure de Paul Klee, son oeuvre à nulle autre pareille. Le Zentrum Paul Klee possède environ 4000 oeuvres de l'artiste bernois.

Ne pouvant exposer intégralement un tel nombre d'oeuvres, le musée procède à des thématiques, qui en regroupent à peu près 300 à chaque fois. Lorsque je m'y suis rendu, le thème était : Vie et Oeuvre ; thème on ne peut mieux approprié pour moi qui suis en pleine lecture du Journal de Paul Klee.

Trêve de paroles. Suivez le guide.





















































Paul Klee, Femme endormie, 1908



Paul Klee, Sans titre (Paysage avec étang), 1895



Paul Klee, Genève, 1894



Paul Klee, Sans titre (Paysage composé d'arbres, d'un pré et d'un champ de blé), 1899



Paul Klee, Portrait de femme, 1907



Paul Klee, Phénix âgé, 1905



Paul Klee, Le héros à l'aile, 1905



Paul Klee, Vierge (rêvant), 1903



Paul Klee, Lily, 1905



Paul Klee, Sans titre (Paysage automnal avec lac et arbres), 1902



Paul Klee, Chat brocard se léchant, 1905



Paul Klee, Deux nus, un adulte, un enfant; Nu masculin à tête d'âne; Nu féminin, 1904



Paul Klee, Banlieue, 1913



Paul Klee, Attente, 1912



Paul Klee, Impuissance humaine, 1913



Paul Klee, Curistes en plein air, 1913



Paul Klee, Masque, 1912



Paul Klee, Homme aux yeux bleus, 1912



Paul Klee, Jeune Pierrot, 1912



Paul Klee, Masque, 1912



Paul Klee, Sugiez, 1910



Paul Klee, Canal près de Sugiez, 1910



Paul Klee, Jeune fille aux cruches, 1910



Paul Klee, Esquisse d'autoportrait, 1908



Paul Klee, Jeune tête masculine à la barbe en pointe, s'appuyant sur la main, 1908



Paul Klee, Autoportrait juvénile, 1910



Paul Klee, Nu féminin, se défaisant d'une robe bleue, 1905



Paul Klee, Nu, sans tête, couché sur le dos, l'expression convulsive, une main levée, 1905



Paul Klee, Deux têtes, 1913



Paul Klee, Les trois sous la lampe, 1913



Paul Klee, Marche, 1938



Paul Klee, Réverbère dans la ville, 1912






Paul Klee, Portrait de mon père, 1906



Paul Klee, Chagrin précoce, 1938



Paul Klee, Avec le drapeau rouge, 1915



Paul Klee, Avec l'aigle, 1918



Paul Klee, Ermitage, 1918



Paul Klee, Destruction et espérance, 1916



Paul Klee, Deux vignettes pour les psaumes, 1915



Paul Klee, L'inventrice du nid, 1925



Paul Klee, Chant d'amour à la nouvelle lune, 1939



Paul Klee, Le Gris et la côte, 1938


Paul Klee, Pomone, trop mûre, 1938



Paul Klee, Insula dulcamara, 1938



Paul Klee, Insula dulcamara (détail 1), 1938



Paul Klee, Insula dulcamara (détail 2), 1938



Paul Klee, Joli nid, 1940



Paul Klee, Récipient à pommade, 1940



Paul Klee, Exubérance, 1939



Paul Klee, Demoiselle sportive, 1938



Paul Klee, Monsieur B. Lier, 1938



Paul Klee, Sans titre (Clown aux larges oreilles), 1925



Paul Klee, Sans titre (Diable-gant avec anneaux), 1922






Paul Klee, Sans titre (Français barbu), 1919



Paul Klee, Sans titre (Nationaliste allemand), 1921



Paul Klee, Sans titre (Madame la Mort), 1921



Paul Klee, Sans titre (Monsieur la Mort), 1916



Paul Klee, Sans titre (Paysanne maline), 1925



Paul Klee, Sans titre (Paysan au bonnet noir), 1920



Paul Klee, Sans titre (Barbier de Bagdad), 1921



Paul Klee, Sans titre (Fantôme d'épouvantail), 1923



Paul Klee, Sans titre (Eskimo aux cheveux blancs), 1924



Paul Klee, Sans titre (Esprit de la boîte d'allumettes), 1925



Paul Klee, Sans titre (Esprit noir), 1924



Paul Klee, Sans titre (Moine), 1922



Paul Klee, Sans titre (Jeune paysanne), 1919



Paul Klee, Sans titre (Philistin), 1925



Paul Klee, Sans titre (Vieille fille), 1919



Paul Klee, Sans titre (Paysan russe), 1919



Paul Klee, Sans titre (Marâtre), 1921



Paul Klee, Sans titre (Fou parfait), 1925



Paul Klee, Sans titre (Vieillard), 1924



Paul Klee, Sans titre (Esprit à la prise électrique), 1925



Paul Klee, Sans titre (Monsieur le Canard), 1919



Paul Klee, Sans titre (Poète couronné), 1919



Paul Klee, Sans titre (Moine bouddhiste), 1920



Paul Klee, Sans titre (Emmy "Galka" Scheyer), 1922



Paul Klee, Sans titre (Autoportrait), 1922



Paul Klee, Sans titre (Le Sultan), 1921



Paul Klee, Sans titre (Bandit), 1923



Paul Klee, Localité en bleu et orange, 1924



Paul Klee, Paysage pour amoureux, 1924









Paul Klee, La maison à la flèche, 1922



Paul Klee, Tableau de la Mer du Nord, 1923



4 commentaires:

  1. Très bel espace que ce musée!!! Vraiment, je suis charmée par la grandeur et la chaleur des lieux. Il faudrait que je songe à y faire un tour cet été, je crois même ne jamais être allée en Suisse d'ailleurs... Ce serait l'occasion. Je suis un peu dans l'expectative, je devrais déménager cet été mais je ne sais pas encore où! Je souhaiterais vivre en Alsace, et si ma mutation me portait au Haut-Rhin, le trajet jusqu'à Berne serait idéal le temps d'un week-end...

    Pour en revenir à ton billet, je t'avoue que je suis intriguée par ces dessins de Paul Klee, son travail de jeunesse (qui m'est inconnu) est foncièrement différent de ses oeuvres principales; j'y vois une similitude avec les premiers traits de Picasso que j'avais pu voir au musée d'Antibes.
    Bizarrement, je suis plus intéressée par ses noirs et blancs que par ses couleurs!!
    Merci pour ce voyage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, j'ai bien fait de revenir par ici!!!

      Supprimer
  2. Je crois qu'il ne voulait pas être catalogué. Je crois que la case du style ne lui convenait pas. Je crois qu'il avait un mépris pour le classement de toutes sortes. Tu sais, je suis ceci ou cela, donc j'ai une valeur de ceci ou de cela. Toutes ces styles différents, sa façon de ne pas être un cliché lui même. La beauté de ses dessins qui passent a la naïveté... nous ne somme pas ce que nous peignons, nous sommes en manque de ce que nous peignons. C'est différent. J'aime beaucoup le paysage avec étang... il y a une fragilité que ces dessins ne livrent pas. Ces dessins sont puissance et construction, part masculine... la peinture part féminine. Merci pour ce billet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai relu plusieurs fois par plaisir. Merci, Ce qui va dans le sens de la toile en continue dans l'oeuvre. Une toile n'étant pas l'oeuvre mais une partie de la démarche qui s'achemine sur une vie entière. Quand je dis que tout est lié, tout l'est. La vie, l'artiste, le travail, la démarche, l'ascétisme, la spiritualité. Sinon, ça reste inanimé. Dead can Dance parlait de cela dans sa musique. L'inanimé versus l'animé. C'est le mystère de la transmutation pour moi. L'objet magique encore une fois. Comment un tableau devient vivant sinon quand vivant son art de façon étroite avec la matière. Il y a une projection de quelque chose qui est inévitable si on fait une descente en soi. C'est si étroit avec le manque du peintre que l'objet de désir devient réel. Tout ce qui est vénérable est en soi plutôt faux. Celui qui vénère n'est pas en résonance avec l'oeuvre mais avec son propre ego. On ne peut que regarder quelque chose et trouver ce qui est juste comme la pluie après le soleil, la nuit après le jour et savourer en silence. Enfin... je n'aurais pu rien de plus à ce peintre que ces toiles sont en résonances avec une part de moi et le remercier pour cela. Je crois que du reste, il devait plutôt se foutre. Mon impression.

      Supprimer