mardi 28 janvier 2014

Au Plateau de Millevaches

Plateau de Millevaches, solitude boisée des origines


En repensant à ce que j’avais éprouvé dans ma chair lors d’une excursion au Plateau de Millevaches avec mon père, me sont venus ces mots : “On était personne.”

C’était un lapsus troublant, car ce que je voulais dire en fait, c’était : “On était seuls” ou “Il n’y avait personne.”

Et c’est cette contraction, formulée comme une évidence, qui s’est imposée à moi : “On était personne.”

Je crois qu’aucun lieu ne m’a autant hanté et dépossédé de moi-même, que le Plateau de Millevaches, en Haute Corrèze.

Ce lieu m’a laissé le parcourir, à titre gracieux ; et j’ai vécu ce sentiment trouble et étrangement apaisant de n’être au fond plus personne, comme lavé de mon nom, de mon histoire, du passé, du devenir.

Ces tourbières envahies d’ajoncs, de genêts, de bruyères et de branches brisées, m’ont allégées l’âme.

Dans cette sorte de chambre mortuaire qu’est le Plateau de Millevaches, je n’existais plus – au sens du cogito cartésien – ;  j’étais réduit à un corps, à l’état animal et instinctif d’un nez qui perçoit les odeurs ; d’une peau qui frémit sous le vent ; d’une bouche qui pressent le goût poisseux de la résine ; d’oreilles qui écoutent le vaste silence, comme se posent les ailes grises d’un oiseau immense et mythique.

Oui, sur le Plateau de Millevaches, “j’étais personne” ; rien qu’un peu de matière humaine sous la pierre bleue du ciel : une chair revenue se plonger, se fondre dans la grande solitude boisée des origines.


© Thibault Marconnet

09/09/2013

video

2 commentaires:

  1. Un espace que je ne connais pas, mais un haut lieu pour les géographes, dont je suis...

    RépondreSupprimer
  2. J'étais en résonance ainsi en Écosse, puis aux îles-de-la-Madeleine. Je rêve de l'Islande. J'aime le abrupte, le rêche, le nord, la toundra et puis la forêt boréale. Enfin, tes mots sont magnifiques. Habités. C'est rare et précieux. Je dirais qu'a cet endroit tu as été dans toute ton entièreté complètement aligné.

    RépondreSupprimer