dimanche 30 octobre 2016

So long, Leonard : “You Want It Darker”




Ce nouvel opus de Leonard Cohen est totalement envoûtant et déchirant. Nous pouvons entendre les derniers pas d'un vieil homme qui jette un coup d'œil ironique et nostalgique sur les joies éphémères et les blessures de son passé, les êtres perdus et ardemment aimés, comme son grand amour Marianne Ihlen. Après une longue traversée au cœur des ténèbres, transpercée par instants de quelques éclairs, Leonard Cohen est maintenant prêt à refermer le livre de sa vie pour de bon : il a fait ce qu'il avait à faire. J'aimerais le remercier de tout cœur pour la beauté et les émotions qu'il a données à ses auditeurs durant toutes ces années. Ça n'a pas de prix. La flamme de cet homme survivra à son corps au moment du départ, car le feu sacré qui l'a habité ne sera pas perdu : ceux qui aiment passionnément son œuvre en sont déjà marqués et ne laisseront pas filer cette lumière. L'année 2016 est décidément un millésime de grande qualité en ce qui concerne la musique : l'ultime album de David Bowie (Blackstar) qui a paru au tout début de janvier, celui de Nick Cave (Skeleton Tree) au mois de septembre, et à présent celui du grand Leonard Cohen (You Want It Darker) qui nous arrive juste avant les frimas de l'hiver. J'en oublie certainement, mais si je devais n'en retenir que trois en 2016 ce seraient incontestablement ceux-ci. Ces hommes-là n'ont plus rien à perdre et ils se confient comme jamais. Leurs cris du cœur mordent à même l'âme.


© Thibault Marconnet

le 30 octobre 2016




Leonard Cohen

Et le noir fut : Pierre Soulages en son musée de Rodez

Un entretien avec Laure Adler sur France Culture, en 2011 :